Les requins à Nausicaá

Les requins figurent parmi les animaux emblématiques de Nausicaá. Avec une dizaine d’espèces dans ses expositions, Nausicaá présente une galerie de portraits bien différents les uns des autres : requin taureau, gris, nourrice, marcheur ou encore tapis, ce sont des animaux aux comportements et aux morphologies variés.

Les derniers arrivés sont les requins marteaux, espèce représentative de Malpelo, îlot situé au large de la Colombie, en haute mer où une biodiversité exceptionnelle s’épanouit autour de ce lieu sacré Patrimoine naturel de l’humanité par l’UNESCO. Vous pourrez les découvrir dans le bassin de la haute mer dès le 19 mai prochain. Nausicaá s’est associé à la Fondation Malpelo afin de soutenir ses actions pour la préservation de la biodiversité de ce site exceptionnel.

Pour en savoir plus sur les requins de Nausicaa : le blog.

Les requins sont appelés les seigneurs des mers. Leur position au top de la chaîne alimentaire ne doit pas faire oublier que 100 millions de requins sont tués chaque année principalement pour leurs ailerons. Cette situation est dramatique pour la survie des requins dont la maturité sexuelle est tardive mais aussi pour la préservation des écosystèmes marins. Les requins sont en effet des régulateurs naturels des populations animales et leur disparition entraîne un déséquilibre au sein des espèces.

Nausicaá participe à des programmes de reproduction européens. Nausicaá participe également à des campagnes de pose de balise sur des requins-baleines à Djibouti avec l’association MEGAPTERA.

Publicités

Nausicaá, éleveur de méduses

méduse dorée Voyage en haute mer Nausicaa boulogne sur mer aquarium

 

Depuis son ouverture en 1991, Nausicaá est devenu expert dans l’élevage des méduses si bien que les méduses que vous pouvez voir exposées au cours de votre visite viennent directement de nos réserves où elles se reproduisent et grandissent sous l’œil attentif des soigneurs et soigneuses.

Le saviez-vous ?

La reproduction chez les méduses est complexe : chez certaines espèces, les méduses mâles et femelles relâchent en pleine eau leurs cellules sexuelles qui se rencontrent au hasard. Il y a alors fécondation et un œuf se forme puis se transforme en méduse. Mais chez d’autres espèces, l’œuf donne naissance à une petite larve qui est emportée par les courants avant de se fixer sur le fond. La larve se modifie pour devenir ce que l’on appelle un polype qui bourgeonne et relâche dans l’eau de minuscules méduses. Elles se reproduiront à leur tour une fois adultes. Le cycle est bouclé !

La méduse, cousine du corail

Les méduses font partie de la grande famille du plancton et sont un élément essentiel de la chaîne alimentaire. Elles font partie du groupe des cnidaires qui comprend également le corail et les anémones de mer. Leur présence plus importante dans les océans est un indicateur du changement climatique et de la hausse de températures des océans mais également une conséquence de la surpêche de certains de leurs prédateurs. Autant de raisons de parler des méduses à Nausicaá en plus du fait qu’elles sont un spectacle fascinant à regarder.

Nausicaá, jardinier du corail

corail Nausicaa aquarium boulogne sur mer

Le bassin de la haute mer accueille non seulement de nombreux nouveaux pensionnaires parmi lesquels les requins-marteaux mais aussi de nombreux coraux.

Nausicaá maîtrise le bouturage du corail depuis plus de 20 ans et 70 espèces de corail sont élevées dans le centre. La production du corail se déroule dans les coulisses du centre ; les soigneurs procèdent ensuite à l’implantation du corail dans les bassins devenant des jardiniers de la mer. A terme ce sont près de 10.000 boutures coraux qui couvriront le bassin de la haute mer et que vous apercevrez en traversant le tunnel sous-marin.

Le corail présenté à Nausicaá est issu de notre production.

Cette technique de bouturage est utilisée dans le milieu naturel par l’association Reefscapers que soutient Nausicaá. Cette association repeuple les récifs aux Maldives suite aux épisodes de blanchissement liés au changement climatique.

Les manchots de Nausicaá

Nausicaá présente des manchots du Cap depuis 2006. La colonie se compose actuellement de 22 manchots adultes nés en captivité qui ont donné naissance à 18 bébés.

Grâce au programme de reproduction européen auquel Nausicaá participe les jeunes manchots rejoignent ensuite différents établissements pour éviter la consanguinité.

La « star » du groupe s’appelle Opale. Vive et curieuse elle vient facilement s’approcher du visiteur ; l’interaction est quasi-immédiate.

Dans le milieu naturel, la population ne compte plus que 80.000 individus. Les manchots sont victimes des activités humaines : les pollutions aux hydrocarbures comme les marées noires, le tourisme et ses constructions côtières, les captures accidentelles liées à la pêche et la surpêche de poissons dont se nourrissent les manchots.

Grâce au soutien des visiteurs de Nausicaá à l’association SANCCOB qui travaille en Afrique du Sud au sauvetage des manchots, près d’une dizaine de manchots ont été sauvés.

Naissance de crevettes danseuses à Nausicaa

Des petites crevettes danseuses sont nées à Nausicaa !

Ces crevettes sont des lysmata Boggessi, leur nom commun est crevette danseuse Boggessi. Quand elles se déplacent, elles donnent l’impression de danser.

Le couple de crevettes se trouvent dans l’espace Jungle de Corail à Nausicaa depuis 2015 et les petites crevettes ont été placées en réserve aquariologique afin que les soigneurs puissent les nourrir et surveiller leur évolution.

Les soigneurs élèvent les jeunes puis les disséminent dans les aquariums récifaux où elles assurent le nettoyage de l’aquarium : elles évitent la prolifération des anémones de verre dont elles se nourrissent et assurent l’équilibre des récifs coralliens en régulant les populations d’animaux parasites.

Naissance de bébés requins marcheurs à Nausicaá

 

Carnet rose ! Le couple de requins marcheurs que vous pouvez voir dans l’exposition « Histoires d’Iles » à Nausicaá sont devenus les parents de petits requins marcheurs très bien formés. Les bébés requins ont été placés en réserve aquariologique afin que les soigneurs puissent les nourrir et surveiller leur évolution.

En savoir plus sur le requin marcheur (Hemiscyllium ocellatum)

Qui sont les requins marcheurs de Nausicaá ?

Les requins marcheurs adultes présents à Nausicaá sont parmi les premiers nés dans le cadre d’un programme d’élevage concerté entre aquariums européens. Ils sont présentés dans l’exposition « Histoires d’Iles » et illustrent la grande biodiversité des îles tropicales et notamment la Grande Barrière de Corail d’Australie, dont l’espèce est originaire.

Qui est le requin marcheur ?

Le requin marcheur, également appelé requin chabot-ocellé, peut atteindre jusqu’à 1,10 m de long.

Il doit son drôle de nom à la manière dont il se déplace sur le fond, en se servant de ses nageoires comme de pattes. Il est néanmoins capable de nager en se faufilant entre les pâtés coralliens. C’est une espèce qui vit dans l’Océan Pacifique ouest, dans les eaux coralliennes du nord de l’Australie, de la Papouasie et de la Nouvelle-Guinée. Il vit principalement sur les fonds côtiers tropicaux, en milieu corallien, à faible profondeur, de la zone intertidale jusqu’à 50 m de fond. C’est une espèce nocturne qui se nourrit principalement de petits poissons, de vers et de crustacés.

Ovipare, le requin marcheur pond des enveloppes contenant deux œufs, qui sont déposées la nuit. Une paire d’œufs peut être produite tous les 14 jours. La période de reproduction a lieu de juillet à novembre avec une durée d’incubation de 4 mois.

Récemment, une nouvelle espèce de requin « marcheur » a été découverte en Indonésie :
le Hemiscyllium halmahera.

 

 

Les animaux des tropiques à Nausicaá

Passer l’été sous les tropiques c’est l’invitation de Nausicaá pour tous les visiteurs !

L’accent est mis cet été sur les espaces et les espèces emblématiques des zones tropicales.

Les animaux de la mangrove : ici, ici et ici

L’hétérocongre tacheté est à voir dans l’exposition Histoire d’îles. Il vit sur les fonds d’herbiers ou de sable dans la Mer Rouge et les eaux tropicales de l’océan Indien et du Pacifique ouest. Son terrier, en forme de tube vertical, est creusé entre 7 et 45 mètres de profondeur sur les pentes sablonneuses exposées aux courants mais à l’abri des vagues. Il se nourrit principalement de plancton. Il peut mesurer entre 35 et 40 cm de long. L’hétérocongre tacheté vit en colonie de plusieurs dizaines voire centaines d’individus. Il se tient à la verticale, la queue ancrée dans son terrier dans lequel il se retire à l’approche du danger. Les adultes sont sédentaires et ne s’éloignent jamais des côtes. Par contre leurs larves appelées leptocéphales se laissent entraîner par les courants et peuvent voyager au large pendant quelques mois, à la recherche d’un fond sableux.

Lire la suite